Interview confiné de Tarek

Aujourd’hui c’est l’interview confiné de Tarek, de quoi en apprendre un peu plus sur cet artiste multicasquettes…en photo les 2 oeuvres évoquées dans ses réponses.

Ta tenue de confinement ?
Je suis habillé en pyjama toute la journée pour travailler dans mon bureau. Cette tenue n’est pas forcément liée à la drôle de situation que nous vivons depuis près d’un mois. Je travaille chez moi depuis plus de 20 ans et, la plupart du temps, je suis en pyjama « de travail »…

Ta musique de confinement ?
Le matin quand je suis sur mon ordinateur, de la musique calme (musique baroque et musique religieuse) puis, dans la journée, si je continue de bosser sur mon ordinateur, je change de registre selon mon humeur : électro, musique arabe classique, Bach ou encore de la funk… Quand je peins je n’écoute pas de musique mais je mets des séries policières en ambiance de fond…

Ta toile préférée réalisée pendant ce confinement ?
Je suis confiné depuis le 11 mars (j’ai été opéré juste avant le confinement général) et, depuis le 14 mars, j’ai beaucoup dessiné et peint quelques toiles. Ma préférée est certainement celle de la série Tribal (40cmx30cm) avec un fond bleu-gris. Elle est à la fois joyeuse et mystérieuse…

Ta toile qui évoque le plus le confinement ?
C’est un dessin (format A3) que j’ai intitulé « Pandémia » dans lequel j’ai synthétisé ce qui nous arrive actuellement à travers des citations visuelles.

Ta question de confinement ?
Tu vas bien ?

L’endroit ou tu aurais aimé être confiné ?
Je suis bien chez moi (rires)…

Ce qui te manque le plus pendant ce confinement ?
Me rendre au café et dans mon nouvel atelier pour peindre des grands formats…

La 1ère chose que tu vas faire après ce foutu confinement ?
Aller au café et dans mon atelier terminer les grands formats en cours !

Ce que tu vas changer après ce que confinement ?
Cette question est excellente car je pense que nous tous, collectivement, nous allons devoir nous poser les vrais questions sur ce que nous voulons pour notre avenir et celui de nos enfants, de nos voisins et nos amis… Pour le moment, j’ai surtout penser à occuper mon esprit à autre chose en dessinant et en peignant car tous les événements, expositions, festivals et sorties BD qui étaient prévus entre mars et octobre ont été annulés ou reportés sine die. Autant dire, un gros coup au moral ! Cette situation m’a mis en danger professionnel (c’est la seconde fois que je connais ce genre de situation depuis que je vis de mon art) : je pense que je vais redéfinir ma manière de travailler, mes collaborations futures et sûrement m’éloigner des personnes « toxiques » que je tolérais par gentillesse… Il faut grandir après ce genre d’épreuve et passer un nouveau cap. Je suis de nature optimiste et je compte bien profiter de cette retraite « forcée » pour en sortir plus fort et plus créatif.

Une pensée à toutes celles et ceux qui ont contribué d’une manière ou d’une autre à combattre cette pandémie.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s